L’effet des violences sexuelles vécues par les patient-e-s sur le psychothérapeute – Olivier Piedfort-Marin

Les psychothérapeutes sont souvent en première ligne pour entendre et accueillir les récits d’événements douloureux et souvent horribles de violences sexuelles que leurs patients et patientes ont vécus. Cette présentation va s’intéresser aux effets sur les psychothérapeutes des violences sexuelles faites à leurs patients et patientes. Comment fait-on pour entendre ces choses terribles ? Peut-on tout entendre ? Quels sont les effets – au niveau professionnel et personnel – sur les psychothérapeutes de leur travail dans le champ de la psychotraumatologie ?
Le risque est grand pour les psychothérapeutes de tomber dans le déni ou la fascination, d’être traumatisé par leur travail, de voir des anciens traumatismes émerger en contact avec certains patients, de remettre en question la nature humaine, etc.
Sans psychothérapeute, il n’y a pas de psychothérapie, c’est la raison pour laquelle nous devons nous connaitre toujours mieux, nous comprendre toujours plus profondément et aussi savoir nous protéger. Tout cela dans le cadre de la relation unique entre le psychothérapeute et le patient/la patiente.
Mais, peut-on aborder cette thématique sans se faire violence ? Sans dépasser les capacités des participants aux congrès à entendre ces horreurs ? Et si les participants ne peuvent entendre ce genre de chose en congrès, comment peuvent-ils le faire avec leurs patients ? Dans cette présentation nous ne parlerons pas de généralités théoriques. Nous prendrons des cas concrets pour illustrer comment les thérapeutes peuvent être impactés dans leur travail et comment ils peuvent utiliser cela pour le bien des patient-e-s et dans le respect de leur propre personne.

Olivier Piedfort-Marin, psychologue-psychothérapeute FSP/Fédéral, en pratique privée à Lausanne, Suisse

 

 

Posted by admin4199

Leave a Reply